mardi 3 juin 2008

Strauss-Kahn - Le compte est bon

On s'est inquiété ici même du sort réservé à notre otage français à Washington, Dominique Strauss-Kahn. Exilé au FMI comme d'autres jadis à Cayenne, son état de santé et mental risquait gros lui qui déjà d'ordinaire oscillait fortement entre libéralisme sauvage et socialisme providence.
Comme en Colombie fort heureusement, l'Etat français ne laisse pas tomber ses compatriotes en difficulté. La belle-soeur était ainsi mutée et, plus récemment le frêrot se voyait offrir sur place un double poste un peu critiqué certes, il y a toujours des envieux...
Et bien voici venu le temps de la compagne, la riche, belle et célèbre Anne Sinclair. Quelques piges amies au Figaro en début d'année avaient attiré l'attention, y compris des journalistes du dit journal étonnés que l'on ait pas recours aux correspondants locaux. Foin de scandale, la nouvelle sera bientôt officielle, Anne Sinclair reprend du service comme correspondante du JDD à ... Washington !
Que voulez vous il y a des gens comme ça nait sous une bonne étoile. La fille d'un riche industriel et héritière d'un grand marchand d'art pouvait elle décemment demeurer au chômage ? Et quand bien même, le destin peut-il laisser perdurer une telle situation ? Faut reconnaitre qu'avec ce concept à venir de deux offres d'emploi raisonnables proposées par l'ANPE, le risque était grand qu'Anne se retrouve à faire du 7/7 à Saint-Cloud, Lézignan ou Saint Omer.
Et bien non, c'est pile poil Washington, et du premier coup.
On saura grès à Arnaud Lagardère le proche de et propriétaire du Journal Du Dimanche pour ce geste élégant au moment même où il remercie par ailleurs son directeur de la rédaction, Jacques Espérandieu.
Tout est bien donc qui finit bien pour notre forçat américain, sorte de Johnny de la Côte Est qui purgera sa peine jusqu'en 2012 entouré des siens.
Bravo à cette chaîne de solidarité bien française qui sait s'entraider quand il faut. Il ne s'agirait pas que la vie soit trop dure pour tout le monde !
Celui qui déclarait un soir de mai 2007 "Nos concitoyens ne veulent plus des solutions du passé. Ils voient bien que la gauche doit apporter autre chose que ce qu’elle a toujours dit. J’ai tenté une révolution social-démocrate pendant la primaire socialiste. Elle n’a pas abouti. Ce renouveau est aujourd’hui nécessaire."
Oui c'est effectivement ce que l'on ne peut que constater. Il n'a pas abouti et s'applique les solutions du passé. Pour le plus grand bonheur de sa famille et de son compte en banque !

1 commentaire:

dramelay a dit…

c'est beau l'esprit de famille.