mercredi 26 septembre 2007

Disparition - Un petit rapporteur s'en est allé

Avec la mort de Jacques Martin, c'est une certaine façon d'utiliser les médias qui disparait. Non pas tant que personne n'utilise le créneau du dimanche après-midi famillial et bien pensant, non Michel Drucker est là, rassurant, d'humeur égale, de bons sentiments égaux, d'humanité forcée à revendre. Non mais Jacques Martin ce n'était pas que ça, pas que l'école des fans et thé dansant. Ce fut aussi un acteur, chanteur (première partie de Jacques Brel tout de même) et surtout concepteur d'émissions d'un nouveau genre. Il débuta ainsi à l'ORTF avec l'aval de Pierre Tchernia et en compagnie de l'inénarrable Jean Yanne, y a pire.
Puis c'est l'époque du "Petit Rapporteur", sorte de Canard Enchainé télévisuel où il su exploiter de jeunes talents redoutables comme Daniel Prévost, Stéphane Collaro et Pierre Desproges. Sans limites. Enfin si. L'insolence, l'impertinence qui régnaient sur ce plateau à la fin des années 70 fit long feu. Aujourd'hui culte, cette émission ne dépassa pas l'année, la première chaîne la jugeant trop osée. A la revoir faut reconnaitre que c'était drôlement gonflé et qu'aujourd'hui vous pouvez zapper des heures sur vos canaux satellites que vous ne trouverez plus une telle liberté d'esprit et de ton. Avec Bite-poil-couille de Bigard ou je suis le plus beau et drôle de Franck Dubosc, on est quand même loin du compte.
La lorgnette, ben oui, "par le petit bout, par le petit bout..." a repris plus précautioneusement le concept sur la 2 pendant quelques années. Puis ce fut les grandes messes familiales avec tout de même régulièrement le lancement de jeunes espoirs, les Laurent Baffie, Laurent Gerra ou Laurent Ruquier. C'est à mon sens ça la marque des grands dans leur domaine, leur capacité à s'entourer des meilleurs.
Amoureux de la bonne chère, il était dit on un redoutable cuisinier, il n'en délaissait pas pour autant la chair, fraîche si possible, puisqu'il a 8 descendants et quatre veuves potentielles éplorées.
"Folie toute l'intelligence sans la conscience profonde de la mort et de l'impertinence" disait le Dalaï Lama...
Quelle fut belle et pertinente la vôtre Monsieur Martin jusqu'à répondre à la question de Thierry Ardisson (un de vos piètres imitateurs) "Quelle est la dernière personne que vous avez voulu tuer ?" votre réponse : le maire de Neuilly...
Faut dire que parfois les photos de famille sonnent presque aussi faux qu'une mauvaise comédie... ils étaient si mignons les deux tourtereaux... leurs bébés et leurs conjoints respectifs !

2 commentaires:

Sikora38 a dit…

La petite phrase de ce grand Monsieur alors habitant à Neuilly, lorsqu'on lui demandait s'il en voulait à Nicolas de lui avoir pris sa femme: "je ne dirai jamais du mal du Maire de mes enfants."

Anonyme a dit…

elle sort d'où cette photo?
la vie nous réserve bien des suprises... et pire encore!!!
La surprise avec effet kiss cool!