mercredi 25 février 2009

Rugby - L'ovalie ne tourne pas rond

Alors que se profile le match France-Galles, le coeur n'est pas à la sérénade tant le rugby français semble voguer à vue, ballotté au gré des adversaires et des compétitions. Le temps où le coq terrassait l'ovalie européenne s'apparente à de bien lointaines archives, on y associerait presque des images en noir et blanc...



Pourtant, le passage au professionnalisme paraissait plutôt bien digéré malgré quelques relents malheureux entre ligue et fédération, presque une tradition pour un sport qui s'en inspire tant. Les clubs du Top 14 n'assuraient ils pas le spectacle, les quelques chocs remplissant d'aise les travées des grands stades de notre pays ? C'était peut être oublier un peu vite que derrière les très riches et médiatiques Stade Français ou Toulouse, des grands noms s'épuisaient sans pouvoir suivre : Agen, Béziers, Colomiers, Grenoble, Narbonne, Pau, Tarbes ont rejoints tour à tour la pro D2. Des clubs emblématiques aux nombreuses finales, des lieux de formation incomparables pourvoyeurs de nombreux internationaux. Rayés de l'élite.
Dans le même temps le championnat français s'ouvrait aux talents des joueurs étrangers, cette saison le Stade Français en compte treize dans son effectif, Clermont quinze, Toulon... 27.
Toulon qui cristallise toutes les errances d'un sport où l'argent s'est cru roi au point de se limiter à un vaste marché planétaire du transfert pour conquérir à grands coups de chèques le précieux bouclier. Aujourd'hui Toulon ne veut pas redescendre et compte sur ses non-mercenaires pour sauver ce qui peut l'être.
Et pendant ce temps, les jeunes joueurs français doivent se contenter de miettes de matchs, même topo pour les joueurs confirmés aux postes stratégiques. On notera ainsi que les deux meilleurs marqueurs de l'actuel championnat se nomment Brock James et Andy Good et que les 5 meilleurs marqueurs d'essais sont aussi étrangers. Le constat est d'ailleurs le même en Pro D2 ce qui accentue le malaise d'un rugby national sacrifié sur l'autel de la réussite économique immédiate au grand desarroi de l'équipe nationale. Une équipe nationale comme frappée par un conflit récent, incapable de disposer à la charnière notamment d'un duo performant, régulier et un tant soit peu expérimenté. C'est une équipe sans guide ni gouvernail qui s'engage à chaque match vers l'inconnu avec des passages parfois géniaux parfois bien inquiétants. Avoir terrassé 22/13 la modeste mais joueuse et valeureuse Ecosse, et ses 25 000 licenciés, quand on annonce 262 000 pratiquants hexagonaux, cela n'augure rien de bon d'autant que se profile à l'horizon le redoutable Pays de Galles qui compte presque deux fois plus de licenciés... que l'Ecosse (42 000).
Le recours massif aux joueurs d'autres hemisphères est donc bien pénalisant mais il n'est pas la seule cause : on peut citer aussi le trouble jeu fédéral pris d'assaut par les anciens, la politique élitiste de la ligue se coupant du rugby de village, vieillot peut être mais source des talents, le battage médiatique concentré sur quelques noms ronflants, barbu scénarisé ou calendrier osé, la gestion des clubs refusant tout salary cap ou partage des forces. Bourgoin Jallieu voit partir son principal sponsor cette saison, mais combien de grands joueurs ces dernières années ? A ne plus être qu'un faire-valoir atomisé par les gros aujourd'hui.
Cerise sur le gâteau, il nous restait un domaine d'excellence : l'encadrement. Aprés le départ du surcôté et mercantile Bernard Laporte, on pouvait espérer voir s'installer un de ces techniciens-stratèges enviés voire employés par d'autres contrées. Il n'en fut rien. En choisissant un duo d'anciens joueurs dépourvu de la moindre expérience à ce poste, la FFR a obtenu le sublime insipide, l'absolu vide qui constitue aujourd'hui le jeu à la française que l'on évitera par pudeur de comparer à la french Touch qui nous fit jadis nous lever. Car il nous est arrivé de ne pas tenir en place dans le coin d'un virage comme au coeur de notre canapé : de pousser les petits à 5 mètres de la ligne, de serrer les rangs avec eux en défense et d'exulter devant un cadrage-débordement d'école qui transperçait la défense adverse. Mais là voyez-vous, le XV de France va jouer un vendredi soir de février la peur au ventre de ne pouvoir contrer une attaque en première main de Jones ou Roberts. Le Tournoi un vendredi, cinq jour après un choc du championnat impliquant 9 internationaux dont un déclaré inapte par le staff médical des bleus... la cabane est quand même un peu tombé sur le chien non ?

Il n'est donc plus sûr que l'on trouve quelques frémissements de plaisir vendredi car le ballon ovale tricolore, à se vouloir trop cartésien, en a oublié ce qui faisait son particularisme : un rebond fantasque et imprévisible, et un esprit si bien résumé par Crabos : "Le rugby ne se joue pas en 2 mais en 3 temps : Avant, la ferveur; pendant, la bravoure; après, la fraternité."
La ferveur il ne faudrait pas grand chose pour la transcender alors, soyez braves !

2 commentaires:

Sikora38 a dit…

Bon, c un peu rate vu que les Bleus ont fait un gros match Vendredi. Mais dos au mur, critique, le fier français a coutume de se transcender.
Pour revenir a ton article, ce qui est aussi inquietant, c'est que cette deferlante etrangere, cette course à l'armement (qui avait coule Grenoble en son temps) ne contribue meme pas aux resultats des clubs français en Coupe d'europe: un seul qualifie en 1/4 !

ytty54 a dit…

ils ont fait un gros match devant, mais derrière c'est trés bof, en défense on prend encore un essai évitable pis on perce quasiment pas. Parra mange 8 points même si on ne peut pas lui en vouloir pis on a eu la chance que baby se blesse. Pour le reste c'est vrai qu'ils se sont arrachés ; en l'état du rugby français faut pas trop en demander...